À la page 78 de Gaston en Normandie, il y a une photographie issue de l'IWM qui me plaisait beaucoup mais que j'ai hésité à intégrer dans le livre.

Mon père Gaston évoque à plusieurs reprises les soldats ou les réfugiés qui étaient sur la place du château. Page 39 par exemple, il dit qu'il faisait beau et que la place était couverte de blessés ou de mutilés. Il ajoute « Je ne sais pas s'il y a des photos de cette époque, mais la place était couverte de gens... ».

Et effectivement, je n’ai jamais trouvé de photographie illustrant ce souvenir. Et pour dire la vérité, Pierrot, le copain de Gaston, m’a même écrit qu’il n’avait pas de souvenir de mutilés prenant le soleil sur la place du château. Y a-t-il un souvenir reconstruit ? Un amalgame entre plusieurs souvenirs ?

J’ai donc botté en touche et j’ai illustré le propos par une image récente de la place vide mais ensoleillée (à peine retouchée : on devine encore quelques voitures au fond de l’image).

page39

Lorsque Gaston dit qu’il ne sait pas s’il y a des photos de cette époque, il ne réalise pas encore, lorsque je l’enregistre en 2018, que j’effectuerai des recherches pour illustrer chacune de ses paroles. J’ai trouvé amusant de laisser ce commentaire qui permet aussi de comprendre le travail effectué pour créer le livre.

Plus tard, j’ai trouvé dans les fonds de l’IWM une série de photographies prises le même jour au même endroit parmi lesquelles figure la B 5840 qui figure à la page 78. On y voit des militaires britanniques prenant le soleil et lavant leurs vêtements près d’un cours d’eau à la sortie de Bayeux. La légende de la photo est : « Wash day for our troops in Normandy ».

IWM-large_B_005840_1

On distingue très nettement la cathédrale en fond, et sur le moment, j’ai cru que je tenais la photographie idéale pour illustrer les propos de Gaston lorsqu’il dit « Sur la place du château, il y avait des soldats qui venaient sur la pelouse parce qu’il y avait un peu de soleil ». Sauf que… nous ne sommes pas sur la place du château !

Voilà, ce n’est pas une très grande révélation, mais j’aime bien cette photographie et l’ambiance qui s’en dégage. Il me semble qu’elle décrit bien l’atmosphère qui devait régner dans Bayeux et qu’évoque Gaston.